Google+ Followers

Google+ Followers

jeudi 16 janvier 2014

Un Grand Militant : MERBAH Moulay

Message

Par ce topic, Ksar-Chellala : une ville et une histoire  voudrait rendre hommage  au Défunt et Grand Militant MERBAH Moulay  et tous les martyrs qui sont tombés aux champs d’honneur,  au nom de l'Algérie. Quel que soit leur appartenance partisane,  on leur doit la liberté et l'indépendance. En ce mois  novembre, une  pensée à tous  ces Héros  qui se sont sacrifiés pour  notre avenir  qui sommes entrain de le vivre.  Que le Grand Allah ait pitié de leurs âmes.  Le Grand Respect  à tous les Moudjahidines et Moudjahidettes qui sont encore vivants parmi nous.


Moulay MERBAH est né le 23 août 1913, dans la commune mixte de Reibell (Ksar-Chellala), au Douar de Serguine ; Il fait carrière dans l’administration judiciaire, où il exerce la fonction d’Oukil, avocat de la défense des affaires musulmanes. Il entre au Parti du Peuple Algérien peu avant  la guerre et accède à des postes de responsabilités en 1944 à Vialar (Tissemsilt), où il est vice-président de la section locale du parti. Le 24 novembre 1944, il est interné au camp Bossuet (Oranie) pour activités nationalistes jusqu’en mars 1945. Il est déporté  en résidence forcée en avril 1945, à Palikao (Oranie), à la suite des événements du 18 avril 1945 de Ksar Chellala. Après les manifestations du 08 mai 1945 et les massacre qui ont suivi, Moulay MERBAH est soumis à un régime de résidence forcée encore plus sévère jusqu’à l’amnistie générale de l’été 1946. Candidat du MTLD à l’Assemblée Algérienne en 1948, il est battu au deuxième tour, à la suite de trucages électoraux. Poursuivi pour infraction au décret Régnier, il est condamné le 22 avril 1948à Mascara à un an de prison et 30.000 francs d’amende pour propagande anti-française. Moulay MERBAH fait appel et est relaxé en octobre 1948 par suite de l’abrogation du décret Régnier. Il est candidat MTLD à Reibell (Ksar Chellala) au conseil de  la République en novembre 1948 (Non élu). Il est révoqué par l’administration coloniale de ses fonctions D’Oukil  le 15 décembre 1948. C’est à cette époque que Moulay MERBAH entre au Comité central du MTLD. Le 17  juin 1951, il est candidat aux élections générales à Alger (Non élu). Le 28 mars 1953, il est condamné à quatre mois de prison et 100.000 francs d’amende par la sixième chambre correctionnelle d’Alger, pour atteinte à la sureté extérieure de l’Etat  au sujet de l’article paru dans Algérie Libre (n°47) qui relate des meetings organisés par le Front Algérien  pour la défense et le respect de la liberté.
Au deuxième congrès du MTLD  (Avril 1953), il lit le message de MESSALI et devient son porte-parole au sein de la direction. Il prépare avec MESSALI et FILLALI le message à la conférence fédérale du 27 décembre 1953 pour porter les divergences qui  existent  dans la direction à la connaissance des militants de France. Le 27 février 1954, Moulay MERBAH est démis de sa fonction de vice-président du Comité Central qui confie à MESSALI le soin de gérer les affaires courantes. Il est coordinateur de la Délégation Provisoire du MTLD au Congrès   des Messalistes tenu à Hornu (13 au 15 juillet 1947), Moulay MERBAH lit à la tribune l’intégralité du rapport que MESSALI à rédigé. Il est élu membre du Bureau Politique issu du congrès. Arrêté dans la nuit du 1er au 02 octobre 1954, Moulay MERBAH est torturé (supplice de la baignoire) et n’est conduit que le 05 novembre devant le doyen des juges d’instruction. Son avocat, M.Pièrre  STIBBE, entre en contact avec lui le 09 novembre 1954. Le 14 juin 1955, le tribunal correctionnel d’Alger Le condamne à six mois de prison et 500.000 francs d’amende  pour atteinte à la sécurité extérieur de l’Etat. Libéré lors de l’été 1955, il quitte l’Algérie et milite au Mouvement National Algérien  en France où il prend part à l’organisation des grèves du 08 octobre 1955, il reçoit les membres de la commission ouvrière de l’ex MTLD qui veulent créer une organisation syndicale. Il les pousse à agir rapidement et leur promet le soutien financier du M.N.A..
Le 19 avril 1956, il passe clandestinement la frontière franco-belge et devient responsable international du M.N.A. à l’extérieur. Arrêté puis relâché en Suisse pour activités politiques en juillet 1956, il représente le M.N.A. auprès des délégations de l’O.N.U. à New York.  A l’été 1957, il entreprend une tournée au Moyen Orient et se rend dans les principales Capitales des pays Arabes. En septembre 1957, il rédige un aide mémoire soumis aux Nations Unies, sur la Question Algérienne.  Le 29 avril 1959, Moulay MERBAH est arrêté en  Allemagne pour activités politiques et est expulsé le 19 avril 1960. Le 17 juillet 1962, il adresse une lettre à MESSALI dans laquelle il menace de démissionner du poste de secrétaire général du Parti du Peuple Algérien (reconstitué en 1962), s’il n’obtient pas la convocation rapide d’un congrès  de l’organisation. Le 31 octobre 1962, Moulay MERBAH retourne à Alger pour prendre contact avec le Bureau Politique du Front de Libération Nationale en vue de la réconciliation des nationalistes algériens.  Arrêté puis libéré, il devient avocat à Médéa puis à Chlef ( El asnam, ex Orléansville). Il nous quitte le 19 Décembre 1997…
Que le Grand Allah répande sa clémence sur notre Héros MERBAH Moulay.

Source d’informations : Dictionnaire biographique de Militants Nationalistes Algériens (ENA-PPA-MTLD de 1926 au 1954)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire